Préambule

Au cours de cette formation vous pouvez prendre des notes sur un pad dont l’adresse vous est communiquée en début de séance.

Un pad vous permet de rédiger à plusieur un unique document. À la suite de la formation le formateur pourra compléter les éventuels manques ou corriger les éventuelles erreurs. Vous disposerez alors de notes enrichies, rédigées à plusieurs.

Des photos sont à votre disposition pour vous exercer.

Vous pouvez également contacter Dimitri Robert, le formateur via ce formulaire de contact.

Notions essentielles en infographie

Cette première partie théorique a pour objectif d’apporter une meilleure compréhension du travail de l’image numérique. Avant de commencer tout travail, vous devez savoir quel sera l’usage final de vos images, sur quel support seront-elles visibles et quel niveau de qualité attendez-vous.

Image matricielle ou vectorielle ?

Une image matricielle est une image numérique dans un format de données qui se compose d’un tableau (matrice) de pixels (contraction de l’anglais picture element, élément d’image). Elle est toujours rectangulaire. Chaque pixel est porteur d’une couleur unique, exprimée généralement dans le modèle RVB (rouge, vert, bleu – les trois couleurs de base sur un support lumineux, l’écran, notamment ; voir la section sur les couleurs ci-après).

Certains formats de fichier gèrent une quatrième composante, nommée « alpha », permettant de faire varier l’opacité. On peut ainsi simuler des images non rectangulaires en rendant certains pixels transparents (qui laissent donc apparaître le « fond »). Une image matricielle peut être visionnée sur un écran d’ordinateur. Cependant, elle supporte mal l’agrandissement : plus on agrandit, plus on voit apparaître les pixels.

matricielle.png

Une image vectorielle (ou image en mode trait) est une image numérique composée d’objets géométriques individuels (segments de droite, polygones, arcs de cercle, etc.) définis chacun par divers attributs de forme, de position, de couleur, etc. (définition Wikipédia). L’élément de base est le chemin, mais on peut décrire et utiliser des objets tels que le rectangle, l’ellipse, l’étoile, le texte. Les objets ont des propriétés qui leur sont propres et assurent le maintien de leurs caractéristiques.

chemin-vectoriel.png

GIMP est un logiciel dédié au traitement des images matricielles. Cela ne l’empêche pas de gérer des aspects vectoriels avec l’outil Chemin. Le texte intégré dans les images est également vectoriel, jusqu'à un certain point.

Pour le dessin vectoriel on préfèrera Inkscape dédié à cet usage. De plus, Inkscape permet l’intégration d’images matricielles, ce qui ouvre la porte à toute sortes d’assemblages moins bien gérés que par GIMP. L’usage en parallèle de GIMP et Inkscape est fortement recommandé.

Dimensions et définition d’une image

Le monde de l’image se divise en deux catégories : le numérique (donc un peu virtuel) et le physique (donc le réel).

Dans le monde numérique, c’est-à-dire, lorsque vous travaillez vos images sur un ordinateur, elles sont mesurées en pixels (px) uniquement ! Dans le monde réel, c’est-à-dire, imprimée sur une feuille de papier, on peut mesurer les images en millimètres (mm), centimètres (cm), pouces (in, unité anglophone servant de référence). Pour information, un pouce vaut exactement 2,54 cm.

On appelle « définition » le fait de désigner les dimensions d’une image sous la forme largeur × hauteur. Cependant, tous les logiciels de graphisme (libres ou non) dont GIMP, savent manipuler les dimensions réelles. Ainsi, l’on peut créer une image de 10cm × 5cm. Mais l’image créée sera tout de même composée de pixels et non de centimètres.

Le rapport entre les deux ? La résolution !

Résolution

Elle définit le nombre de pixels par unité de longueur (centimètre ou pouce). La résolution d’une image numérique s’exprime en PPI (Pixel Per Inch) ou PPP (Pixels Par Pouce).

La résolution d’impression d’une imprimante se détermine en DPI (Dot Per Inch) ou PPP (Points Par Pouce) (définition Wikipédia). On parle de résolution essentiellement pour de l’impression.

Pour l’impression les pixels affichés à l'écran sont décomposés en points d’encre pour former une trame. D’où la nécessité d’avoir plus de pixels sur la surface représentée. Plus la trame est serrée, moins on en voit le détail.

En général, on normalise la résolution d’une image à 300 Pixels Par Pouces. L'œil ne permettant pas de voir la différence de qualité au-dessus de ces 300 DPI, les imprimeurs ont donc généralisé cette règle. Une résolution inférieure à 150 DPI est insuffisante pour des impressions de qualité. Ces valeurs limites sont valables pour des documents destinés à être lus à bout de bras. Pour des affiches d’arrêt de bus par exemple, la résolution sera moindre, voire bien moindre. Lorsque vous attendez le bus ou le métro, ayez le réflexe d’observer de près les affiches. Vous verrez la trame d’impression.

trame.png

Résumé en images

Modèles colorimétriques

Le RVB est un modèle colorimétrique dit additif. Chaque couleur est obtenue par l’addition des composantes rouge, verte et bleue. C’est le modèle utilisé pour tout affichage généré par de la lumière, notamment sur écran. Ces trois composantes sont des sources lumineuses colorées : plus l’intensité augmente, plus la couleur est vive. Le mélange de ces trois couleurs de base crée l'éventail de teintes que l’on peut observer à l'écran. Lorsque ces trois sources de lumière sont au maximum, on obtient du blanc. Lorsqu’elles sont éteintes on obtient du noir.

ecran-rvb.png

Le CMJN est un modèle colorimétrique dit soustractif. Chaque couleur résulte de l’occultation du blanc par chaque composante (cyan, magenta, jaune et noir). Ce modèle est utilisé par tous les appareils d’impression (de l’imprimante personnelle à la rotative professionnelle). On part du papier (généralement blanc) sur lequel le dispositif d’impression dépose des petits points d’encre. En quadrichromie classique sont utilisées quatre encres : cyan, magenta, jaune et noire (soit, les quatre composantes). La taille de chaque point déposé sur le papier est déterminée par la valeur de chaque composante.

papier-cmjn.png

Quel modèle utiliser ? Considérons la finalité de vos images et documents. S’ils sont destinés au Web ou tout autre affichage sur écran, aucun doute, vous travaillez et restez en RVB jusqu’au bout. Si vous envisagez l’impression alors il faudra passer en CMJN à un moment donné.

Votre écran et votre logiciel de graphisme, aussi chers soient-ils, ne peuvent afficher d’image en CMJN. Ils peuvent, tout au plus, simuler ce que serait l’image une fois imprimée. La seule façon de voir une image en CMJN est de l’imprimer. Et encore, le résultat dépend de l’encre (un peu) et du papier (beaucoup). Il faut savoir aussi que convertir des couleurs d’un modèle à l’autre n’est pas réversible : vous perdez de l’information à chaque conversion. Il vaut mieux donc travailler le plus longtemps possible en RVB puis passer au CMJN juste avant d’imprimer. C’est ce que fait le pilote de votre imprimante : vous lui envoyez de la couleur en RVB, il la traduit en CMJN.

Attention, cela ne concerne pas les éléments graphiques (textes, cadres, logos) devant suivre une charte graphique, et généralement vectoriels, qui seront mis en page, avec un logiciel de mise en page tel que Scribus qui gère très bien le CMJN.

GIMP n’est pas un logiciel de mise en page, il n’a pas besoin de gérer le CMJN. Scribus est le dernier maillon de la chaîne graphique avant impression, c’est à lui que revient le travail de préparation de l’impression.

Formats d’images usuels

JPEG
À utiliser avec parcimonie. JPEG est avant tout une norme de compression. Les données sont compressées et altérées. C’est-à-dire que l’image enregistrée dans un fichier au format JPEG est modifiée par la compression. Il est possible de choisir, lors de l’enregistrement, la qualité résultante de cette compression, mais il ne faut pas oublier que même une qualité de 100 % altère toujours le contenu. Cette altération est toutefois imperceptible à l'œil nu pour une photo, tant que la qualité ne descend pas en dessous de 85 %. En revanche, pour une image comportant peu de couleurs reparties en surfaces unies (un logo par exemple), le JPEG est à proscrire !
PNG
Pour les images simples. La norme PNG a été conçue pour remplacer le format Gif, limité et soumis à brevets. Les données sont compressées mais inaltérées. Le format PNG est efficace pour les images composées de peu de couleurs telles que dessin, logo, pictogramme, schéma, texte. Il utilise une palette des couleurs réellement utilisées dans l’image. Il gère également un canal alpha et offre ainsi 256 niveaux de transparence.
jpeg-png.png
Gif
Le désuet, tout comme le PNG utilise une palette de couleurs mais bloquée à 256 couleurs alors que le PNG peut aller au-delà. La transparence, elle, est limité à deux niveaux. Vraisemblablement le Gif ne présente aujourd’hui plus aucun intérêt.
XCF
Le format de travail de GIMP. Il permet de gérer toutes les spécificités de ce dernier : calques, chemins, la sélection active et cela sans dégradation. Cependant, actuellement, seul GIMP (ou presque) utilise ce format.
SVG
Standard vectoriel et format de travail d’Inkscape. Il est le format de travail d’Inkscape (même si ce dernier y ajoute des caractéristiques non prévues initialement, d’où la distinction entre « SVG Inkscape » et « SVG Simple » lors de l’enregistrement d’une image). Il est à privilégier pour des logos, pictogrammes, ou plus généralement, tout dessin composé de courbes (également appelées chemins). Il peut être lu directement par les navigateurs Web modernes (attention, tous ne savent pas encore interpréter l’intégralité des fonctions offertes par SVG).
SLA
Format de travail de Scribus, logiciel de mise en page Scribus. Un fichier SLA contient la description de la mise en page, les textes et les objets vectoriels (fabriqués dans Scribus ou importés en SVG). Il ne contient pas les images matricielles intégrées à la composition.

Découverte de GIMP et de son interface

Lorsque vous lancez GIMP pour la première fois, le logiciel est décomposé en trois fenêtres. C’est l’interface historique de GIMP. Cette interface, critiquée par les utilisateurs habitués à PhotoShop, a néanmoins des arguments en sa faveur : si vous disposez de deux écrans, vous pouvez répartir les fenêtres sur ces deux espaces (par exemple, la fenêtre d’images sur un, les fenêtres de fonctions sur l’autre).

Toutefois, à partir de la version 2.8 (actuelle), GIMP propose également un mode « fenêtre unique » où tout est intégré. Pour activer ce mode allez dans Fenêtres → Mode fenêtre unique.

Pour la suite de ce cours nous utiliserons le mode Fenêtre unique mais sachez que les fonctionnalités sont les mêmes dans les deux modes.

monofenetre.png
Attention
Comment fermer GIMP proprement

Lorsque vous démarrez GIMP pour la première fois, vous obtenez trois fenêtres : boîtes à outils avec les options, image et fenêtres de fonctions diverses. Pour fermer GIMP, le réflexe est de chercher la petite croix. Mais il y en a trois. La bonne étant celle de la fenêtre d’image.

Cependant, pour éviter de se tromper, vous pouvez aussi passer par le menu Fichier → Quitter ou passer en mode Fenêtre unique où il n’y a plus qu’une seule croix.

Il se peut donc que vous ayez cliqué sur l’une des deux autres croix et fermé soit la boîte à outils, soit la fenêtre des fonctions. GIMP interprète cela comme un choix de personnalisation. Vous pouvez récupérer les fenêtres fermées via le menu Fenêtres :

  • Groupe de fenêtres récemment fermés pour les groupes de fenêtres de fonctions ;

  • Nouvelle boîte à outils ;

  • Fenêtres ancrables → Options de l’outil pour la fenêtre d’options à placer sous la boîte à outils.

Si votre GIMP est tout cassé, vous pouvez aussi nettoyer le profil.

Une barre de menus orne le haut de la fenêtre et nous en ferons le tour plus loin dans ce chapitre. Pour l’instant, découvrons l’interface :

  • la zone d’images (1) ;

  • la boîte à outils (2) ;

  • les options de l’outil actif (3) ;

  • les autres fenêtres ancrables (4) et (5).

Zone d’images

zone_images.png
  1. Les images ouvertes sont accessibles via des onglets
  2. Règle horizontale
  3. Règle verticale
  4. Curseur de la souris (indicateurs sur les règles)
  5. Coordonnées du curseur de la souris
  6. Niveau actuel de zoom
  7. Important : messages informatifs de GIMP, vous donnent de précieuses indications
  8. Autre accès pour les menus
  9. Activer ou désactiver le masque rapide

Boîte à outils

gimp-boite-outils.png

Elle présente sous forme d’icônes (si vous laissez la souris immobile sur une icône, une info-bulle vous indique sa fonction) les outils vous permettant d’agir sur les calques (attention à la nuance, un outil agit sur un calque et non sur l’intégralité de l’image).

Ces outils sont également disponibles via le menu Outils.

Les couleurs de premier et d’arrière-plan sont également représentées et peuvent être modifiées par simple clic sur leur représentation (1). Les outils de peinture utilisent la couleur de premier plan. La couleur d’arrière-plan peut être utilisée par la gomme, les outils de remplissage et de dégradé.

La zone (2) montre la brosse, le motif et le dégradé courants.

Le contenu de la boîte à outils peut être configuré dans Édition → Préférences → Boîte à outils.

Supprimer l’outil Zoom

À titre d’exemple nous pouvons supprimer l’outil Zoom de la boîte à outils. En effet, ce dernier est non seulement inutile mais peu vous causer des désagréments si vous l’utilisez. Imaginez, vous êtes en train de réaliser un détourage avec un outil de sélection et vous avez besoin de zoomer ; vous sélectionnez l’outil Zoom qui remplace aussitôt votre outil de sélection, et vous perdez ce que vous veniez de faire.

Pour zoomer ou dézoomer, il vaut mieux utiliser les raccourcis clavier (+ et -) ou souris (Ctrl + molette). Ainsi, vous ne changez pas d’outil et n’interrompez pas votre travail.

Donc, l’outil Loupe n’a rien à faire dans la boîte à outils !

Allez dans Édition → Préférences → Boîte à outils. Cherchez l’outil Zoom et cliquez sur l'œil pour le faire disparaître. L’outil disparaît alors de la boîte à outils.

Quelques outils

  • Outils de sélection rectangulaire et elliptique : crée une sélection de forme géométrique.

  • Outil de sélection contiguë (aussi appelée baguette magique), sélectionne tous les pixels d’une même couleur (ou approchante selon un seuil) dans une zone contiguë au clic.

  • Outil de sélection par couleur : fonctionnement similaire à la sélection contiguë mais la zone de recherche englobe tout le calque.

  • Ciseaux intelligents : pour détourer des éléments avec des contours simples (pas un arbre avec plein de feuilles par exemple).

  • Extraction de premier plan : pour détourer des éléments complexes et bien contrastés par rapport au fond.

  • Découpage : pour recadrer une image, il découpe tous les calques et réduit le canevas.

  • L’outil texte de GIMP est très limité, préférer Inkscape pour faire des compositions avec du texte.

  • Outil de clonage : permet de peindre avec de la matière prise ailleurs dans l’image.

  • Outil correcteur : corrige les imperfections d’une surface (exemple : un visage). Reproduit la matière, le grain de ce qu’on clone mais pas la couleur.

  • Outil de barbouillage : comme lorsqu’on étale la peinture avec son doigt.

Choisir une couleur

Sous les outils se trouvent les indicateurs de couleurs de premier et d’arrière-plan. Voyez cela comme une palette de deux couleurs disponibles facilement pour de la peinture, du remplissage de zones.

Cliquez sur la couleur de premier plan pour ouvrir la fenêtre Modification de la couleur de premier plan. La partie droite comporte six curseurs pour définir la couleur avec précision, soit avec ses composantes RVB, soit HSV (teinte, saturation, valeur). La partie gauche permet de choisir la couleur visuellement selon plusieurs modèles. Le premier, dit « GIMP », comporte une bande verticale où l’on choisi la teinte (ou un autre paramètre que l’on peut cocher à droite) ; puis, dans le carré, on choisi les deux autre paramètres (saturation et valeur lorsque l'échelle verticale montre la teinte). Le troisième, plus classique, permet de choisir une couleur grâce à la fameuse roue : la teinte est répartie autour de la roue et le triangle sert à régler la saturation et la valeur.

choix_couleur1.png

Fenêtres de fonctions

Un certain nombre de fonctionnalités sont accessibles via des fenêtres dédiées, dites Fenêtres ancrables. Par exemple, la gestion des calques se fait via la fenêtre des Calques.

Par défaut, un certain nombre sont ouvertes :

  • Options de l’outil : paramétrage de l’outil actif

options_outil.png
  • Calques : liste des calques, actions associées

  • Canaux : liste des canaux, usage avancé de GIMP

  • Chemins : liste des chemins, ou comment GIMP gère un peu de vectoriel

  • Historique d’annulation : liste de toutes les actions effectuées sur une image et possibilité de revenir en arrière

onglets_haut.png
  • Brosses : liste des brosses utilisables avec les outils de peinture

  • Motifs : liste des motifs de remplissage (textures)

  • Dégradés : liste des dégradés prédéfinis

onglets_bas.png

Vous pouvez en ajouter et réafficher les groupes fermés par erreur via le menu Fenêtres.

Menus

Le menu Fichier contient les fonctions classiques de création, ouverture, enregistrement, impression et fermeture de la fenêtre ou de l’application. On y trouve également la fonction d’export que nous détaillons un peu plus loin. À noter qu’il est possible de faire une capture d'écran ou de scanner une image (avec votre scanner) depuis le menu Fichier → Créer.

Le menu Édition propose également des fonctions classiques telles que annuler ou rétablir les dernières actions, couper, copier, coller. C’est par là que vous accèderez aux préférences et aux raccourcis clavier.

Le menu Sélections contient un certain nombre de fonctions agissant sur les sélections : sélectionner tout, supprimer la sélection, agrandir, rétrécir, adoucir, etc.

Le menu Affichage offre toutes les options d’affichage des divers éléments de travail : sélection, guides, grille, bords du calque. C’est également là que vous pourrez activer le magnétisme de ces éléments (aligner sur…). On trouve aussi le zoom et la navigation dans l’image, mais nous verrons un peu plus loin comment faire cela plus simplement à la souris.

Les menus Image et Calque sont dédiés à chacune de ces entités. Une image est constituée d’au moins un calque, mais des fonctions similaires peuvent s’appliquer : rogner selon la sélection, découpage automatique, échelle et taille (redimmensionner), dupliquer, transformer,etc.

Le menu Couleurs rassemble les outils de couleurs ainsi qu’un certain nombre de filtre destinés à la manipulation des couleurs.

Le menu Outils est simplement un autre moyen d’accéder aux outils de la Boîte à outils précédemment décrite.

Le menu Filtres contient tous les filtres disponibles. Les filtres sont des fonctionnalités plus ou moins prédéfinies effectuant une action bien précise : flou, amélioration, ombres et lumières, etc.

Le menu Fenêtres permet de choisir de nouvelles fenêtres ancrables, de rouvrir celles fermées par erreur ou encore de basculer entre mode « fenêtre unique » et « multi-fenêtres ».

Personnalisez

La fenêtre des préférences s’ouvre via le menu Édition → Préférences. Elle permet de régler un grand nombre de paramètres et il n’est pas nécessaire de tous les connaître !

preferences.png

Vous pouvez également arranger les fenêtres ancrables comme vous le souhaitez. Dans chaque groupe d’onglets, il est possible d’en ajouter un nouveau en cliquant en haut de chaque onglet sur l’icône représentant un triangle orienté vers la gauche. Pour créer un nouveau groupe d’onglets, il suffit d’ouvrir une nouvelle fenêtre ancrable depuis le menu Fenêtres. On peut ensuite rattacher cette fenêtre à une autre et ainsi obtenir des fenêtres contenant plusieurs groupes. En haut et en bas de chaque fenêtre se trouve une fine barre. Si vous passez la souris dessus, l’info-bulle vous dira « Vous pouvez déposer ici des boîtes de dialogue ancrables ».

deplacer_fenetre_multi.png

En vidéo, voici comment personnaliser la position de vos fenêtres ancrables.

Gérez votre profil utilisateur

Les personnalisations de l’interface et paramètres que vous modifiez dans les Préférences sont conservés dans votre profil utilisateur, c’est-à-dire, un dossier de votre ordinateur et plus précisément, un sous-dossier de votre dossier personnel. Si vous voulez repartir à neuf il suffit de supprimer ce dossier. De même, si vous voulez copier vos paramètres sur un nouvel ordinateur, il suffit de copier ce dossier.

Mais où se trouve-t-il ? Cela dépend de votre système d’exploitation. Mais voici une réponse générique, pour le trouver à coup sûr.

Allez dans Édition → Préférences de GIMP, puis dans l’onglet Dossiers. Vous y trouvez les dossiers où sont rangés les brosses, les motifs et toutes les ressources utilisables dans GIMP. Pour chaque ressource il y a au moins deux dossiers : l’un dit système est créé lors de l’installation de GIMP ou d’extensions au niveau du système (par exemple /usr/share/gimp/2.0/ sous Linux) ; n’y touchez pas. L’autre se trouve être dans votre profil personnel : le chemin commun est celui du profil (par exemple /home/utilisateur/.gimp-2.8/ sous Linux).

gimp-dossier-profil.png

Retouche de base

Pour commencer, nous allons voir quelques manipulations de base recadrer et remettre d’aplomb une photo mal cadrée et penchée, ce qui arrive souvent lorsque l’on prend peu de temps pour la prise de vue.

Ouvrez une image

Via le menu Fichier → Ouvrir et choisir une photo parmi votre collection.

Vous pouvez aussi copier l’adresse d’une photo depuis le Web et la copier dans Fichier → Ouvrir suivant l’emplacement.

Enfin, vous pouvez aussi faire glisser une image depuis votre gestionnaire de fichiers ou d’images vers la fenêtre de GIMP : sur la boîte à outils pour créer une nouvelle image, sur la fenêtre d’image pour ajouter votre nouvelle image en tant que calque de l’image actuelle.

Les différentes zones

La zone de travail est aussi appelée canevas : c’est la zone où sont visibles les différents éléments de l’image ; elle est bordée de gris. Lorsque vous exportez votre image, seule la zone du canevas sera visible.

L’image est l’ensemble des éléments de travail : calques, masques, sélection. L’image n’est pas matérialisée par un contour.

Le calque est un composant de l’image : toute image dispose d’au moins un calque. Un calque n’a pas forcément les mêmes dimensions que le canevas (il peut être plus grand ou plus petit). Si un calque dépasse du canevas (une partie devient alors invisible) il sera sauvé intégralement lorsque vous enregistrez votre travail ; en revanche, lors de l’export seules les parties visibles seront exportées. Son contour est marqué de pointillés jaunes et noirs. Un masque peut lui être associé ; il a les mêmes dimensions que le calque.

Important
Zoomez et déplacez la vue à la souris

Plutôt que d’utiliser l’outil Zoom vous pouvez vous servir de la molette de la souris avec la touche Ctrl pour zoomer (molette vers l’avant) ou dézoomer (molete vers l’arrière.

Plutôt que d’utiliser les ascenseurs horizontal et vertical pour déplacer la vue de votre image, vous pourvez utiliser la molette de votre souris : appuyez sur la molette (comme si c'était un bouton) puis déplacez la souris, vous déplacez ainsi la vue de votre image.

Recadrez

L’outil Recadrer permet de tracer un rectangle visant à réduire le canevas. Attention, il agit sur toute l’image (exception à la règle énoncée plus haut).

recadre.png

Il est possible de fixer des contraintes (proportions, largeur, hauteur ou taille). Généralement on fixe les proportions pour créer une découpe selon un rapport bien précis. Dans la vidéo suivante vous verrez un découpage libre suivi d’une découpe carrée (rapport 1:1).

Pivotez

C’est l’outil Rotation qui nous permet de pivoter un calque. Sélectionnez-le dans la boîte à outils puis cliquez sur l’image pour l’utiliser. Vous pouvez ensuite, à la souris, faire pivoter le calque. Validez en cliquant sur Rotation dans la fenêtre qui s’est ouverte lors de l’activation de l’outil.

À noter que l’outil Rotation offre deux directions (cf. fenêtre Options de l’outil). Avec la direction normale (par défaut) la grille et le calque pivotent de concert ; cela sert à faire tourner un élément ne nécessitant pas de calage particulier. Pour redresser l’horizon utilisez la direction corrective : seule la grille pivote. Vous devez alors faire correspondre les lignes horizontales de la grille avec l’horizon de la photo. Validez et la photo est pivotée.

rotation.png

Des trous apparaissent dans le calque ? C’est normal, le calque rectangulaire a été pivoté. Or, le canevas est toujours rectangulaire et toujours droit. Donc, dans les quatre coins on voit apparaître des zones transparentes. Commencez par agrandir le canevas pour qu’il laissent apparaître le calque dans son ensemble : Image → ajuster le canevas au calque. Puis recadrez avec l’outil Découpage.

Il manque un morceau de ciel ? Vous souhaitez le recréer ? Utilisez l’outil Clonage pour recréer de la matière. Augmentez la taille de la brosse pour coller la matière où l’on veut.

Attention, cette seconde méthode est plus longue et fastidieuse et pas forcément nécessaire. Préférez le découpage qui fait disparaître les vides et des zones peu importantes de la photo.

Redimensionnez

Dans la barre de titre de la fenêtre d’image sont affichées un certain nombre d’informations, dont les dimensions de l’image (toujours en pixels). Selon l’usage que vous destinez à votre image, vous devrez réduire ses dimensions.

Notamment pour un envoi par e-mail ou pour la publier sur une page Web. Pour de l’impression il faudra considérer également la résolution.

Le menu Image → Échelle et taille de l’image vous permet cela.

Attention
Conservez le ratio !

C’est un des travers des logiciels de graphisme en général : le redimmensionnement ne conserve pas le ratio largeur/hauteur par défaut. Ainsi, si vous n’y prêtez pas attention, vous déformez l’image.

Prenez donc garde à ce que la petite chaîne soit toujours liée (les cas où il faut la délier sont rares) : cela vous garantit de conserver les proportions entre la largeur et la hauteur.

Pour l'écran et le Web

Dans ce cas, vous raisonnez en pixels, et uniquement en pixels.

Pour un envoi par e-mail, une largeur de 800 pixels est largement suffisante. En effet, les clients mail réduisent l’affichage d’une image et rares sont les fois où le destinataire agrandit l’image. Donc, si l’image est trop grande, cela induit un surplus inutile d’informations transférées dans la boîte mail, avec toujours le risque de la saturer.

Pour du Web, il faut savoir si l’image sera proposée derrière un lien invitant à voir l’image (dans ce cas, vous pouvez lui laisser une grande définition) ou simplement en tant qu’illustration d’un article (dans ce cas, inutile qu’elle soit plus large que la zone de texte de l’article).

Important
Qu’importe la résolution !

La résolution (exprimée en DPI, points par pouce) détermine comment l’image sera imprimée, avec quelle densité de points par pouce (ou centimètre). Ici, nous ne sortons pas de l'écran, les unités du monde réel telles que pouce et centimètre n’ont aucune pertinence.

La résolution n’a aucune influence sur le poids du fichier image final ! C’est en jouant sur ses dimensions (donc la quantité de pixels) que vous pourrez le réduire. Pas sur la résolution qui n’est qu’une densité.

Il est une légende tenace qui court toujours : il faudrait que la résolution des images pour le Web soit de 72 DPI. C’est parfaitement faux ! La résolution n’a aucun impact sur le poids des images.

De plus, la valeur de 72 DPI correspond à la résolution des écrans cathodiques de la fin du XXe siècle (un écran a effectivement une résolution d’affichage : il affiche des pixels et c’est un objet physique mesurable dans le monde réel). Or ces écran ont quasiment tous disparus de la circulation. Aujourd’hui nous avons des écrans plats (ceux de base ont une résolution de 96 DPI mais d’autres plus évolués peuvent avoir des valeurs supérieures), ainsi que des tablettes et des téléphones (dont les résolutions se situent plutôt au-delà de 150 DPI).

Il faut bien savoir que vous ne maîtrisez absolument pas la manière dont seront affichées vos images sur écran : vous ne pouvez savoir quel type d'écran utilisent vos visiteurs, ni la manière dont ils sont réglés. Inutile donc de se préoccuper de résolution.

Pour le papier

Dans ce cas, vous raisonnez en unités réelles (millimètres ou centimètres).

Le menu Image → Taille de l’impression permet de régler la résolution. En aucun cas cela ne modifie les dimensions de votre image ! Cela modifie juste l’information de résolution qui sera utilisée pour l’impression si aucun paramètre de zoom n’est appliqué à ce moment-là.

Important
Fixez d’abord la résolution

Avant de changer les dimensions d’impression de votre image vous devez fixer la résolution, sans quoi vos dimensions en centimètres signifieront rien.

Pour dimensionner une image en unités réelles, c’est aussi via Image → Échelle et taille de l’image. Là vous pouvez changer l’unité proposée (pour le millimètre par exemple) et également changer la résolution.

Note
Interpolation

Derrière ce mot barbare se cachent plusieurs algorithmes qui décident de la manière de gérer les pixels créés (en cas d’agrandissement) et les pixels supprimés (réduction). En effet, si vous optez pour aucun algorithme, l’agrandissement se fera en dupliquant les pixels existants et la réduction en supprimant un ou plusieurs pixels régulièrement, sans toucher aux pixels qui restent. En revanche, si vous optez pour un algorithme, il va calculer des moyennes : pour l’agrandissement, les nouveaux pixels seront issus de moyennes des pixels voisins ; pour la réduction, les pixels restants seront calculés à partir des pixels supprimés afin de conserver toute la diversité colorimétrique.

Enregistrez et exportez des images

Enregistrez votre travail

Enregistrer son travail signifie que l’on veut le garder en l'état. Pour cela on utilise donc le format de travail de GIMP : le XCF. C’est le seul format qui vous garantit de conserver vos calques, la sélection active, bref, de reprendre votre travail comme si vous ne l’aviez interrompu.

Cela passe par Fichier → Enregistrer ou Fichier → Enregistrer sous pour lui donner un nouveau nom. Vous ne pouvez enregistrer qu’au format XCF.

Exportez l’image pour un usage précis

On parle d’export lorsque l’on veut utiliser l’image dans un autre logiciel que GIMP (Scribus, Inkscape, etc.) ou pour en avoir un usage seulement contemplatif (sur le Web, par e-mail, en diaporama, etc.)

Pour cela, passez par le menu Fichier → Exporter qui ouvre une fenêtre similaire à l’enregistrement, mais sémantiquement dédiée à l’export.

Pour le Web

Le Web impose des contraintes de poids et de dimensions. En effet, il est souvent inutile de charger une image plus grande que la page Web ou pire, que l'écran. De même, pour le format vous n’avez guère de choix. Ce sera du Jpeg pour les photos et du PNG pour les images comportant peu de couleurs.

Vous devez d’abord réduire les dimensions via le menu Image → Échelle et taille de l’image. La contrainte se portera en priorité sur la largeur, le Web étant un média défilant tout en hauteur. À titre indicatif, un bandeau tenant sur toute la largeur de votre page mesure entre 960 et 1200 pixels.

Important
Ne pas confondre résolution et définition !

N’oubliez jamais que les pages Web se mesurent en pixels, de même que l’affichage de votre écran. Aussi, pour vos images, vous devez raisonner en pixels et non en centimètres ou millimètres.

C’est donc la définition (largeur × hauteur en pixels) que vous devez réduire et non la résolution (exprimée en PPI ou DPI, pixels ou points par pouce).

Contrairement à la rumeur courante, diminuer la résolution n’a aucun effet sur le poids de l’image !

Ensuite, exportez votre image au format Jpeg.

export-jpeg.png

GIMP affiche alors une fenêtre réduite des options que vous pouvez changer. Ouvrez les options avancées. Cochez également Afficher l’aperçu dans la fenêtre d’image. Outre le fait d’avoir un aperçu des dégats que vous faites subir à votre photo (faut-il rappeler que le Jpeg est destructif), vous aurez également l’information, en temps réel, du poids du fichier.

Décochez sans hésiter l’enregistrement des données Exif, XMP et de la vignette qui prennent de la place inutilement. Optez pour le sous-échantillonnage 4:4:4 : sil augmente le poids, il garantit une meilleure qualité d’image et donne accès à l’adoucissement (réducteur de poids).

Enfin, vous pouvez diminuer la qualité en gardant un œil sur la fenêtre d’image pour constater les affres de la compression.

Ajoutez la fonction Enregistrer pour le Web

GIMP est modulaire et il existe nombre d’extensions pour augmenter ses possibilités. L’extension Save for Web ajoute le menu Fichier → Enregistrer pour le Web qui facilite le travail. Pour l’installer, le plus simple est d’utiliser le paquet d’extensions pré-emballées pour Windows ou Debian Linux (et à priori les distributions de la famille Ubuntu). Si vous n'êtes pas dans l’un de ces cas de figure, il faut suivre les indications données sur la page de l’extension.

Extensions pré-emballées

GIMP peut être enrichi en installant des plugins supplémentaires. Ces extensions sont référencées sur le site http://registry.gimp.org. Mais certains ont été packagés.

Cette extension s’occupe d’alléger la photo mais aussi de la redimmensionner, sauf si l’une des dimensions dépasse 4096 px. Dans ce cas, vous serez notifié du message « the image is too large » et vous devrez par Image → Échelle et taille de l’image.

export-web.png

Cette extension permet généralement d’obtenir de meilleurs résultats que le simple export en Jpeg.

Après avoir choisi le format d’export deux onglets vous proposent différentes opérations. Le premier concerne les opérations de réduction de poids du fichier image. Le second vous permet de réduire les dimensions de l’image et de la découper.

Pour le format Jpeg, deux paramètres sont essentiels pour réduire le poids :

  • Qualité : plus vous baissez la qualité, plus vous diminuez le poids du fichier image, mais plus vous ferez apparaître des artefacts sur des éléments de contraste.

  • Adoucissement : pour compenser l’apparition des artefacts vous pouvez augmenter l’adoucissement : cela aura pour effet de flouter légèrement l’ensemble de l’image. De plus, l’adoucissement diminue également le poids.

Export en PNG

L’export d’images au format PNG ne pose pas de difficultés. Ce format n'étant pas destructif, n’hésitez pas à laisser le niveau de compression au maximum (9). Les autres options peuvent être décochées.

Notez que l’extension « Save for Web » permet également l’export en PNG :

  • PNG8, 8 bits par couleur, soit un maximum de 256 couleurs dans l’image (l’image est altérée si elle comportait plus de 256 couleurs) ;

  • PNG24, 8 bits par composante, soit toute la plage de couleurs permise par le modèle RVB.

Sélections

Isoler

Les outils de sélection sont à la base de tout montage numérique et, dans une moindre mesure, d’opérations d’amélioration d’image. Le but est de délimiter une zone sur laquelle nous appliquons divers traitements, sans toucher au reste de l’image ou du calque. Il existe plusieurs manières de définir une zone de sélection : par le biais de formes géométriques, par libre tracé ou encore, par plages de couleurs.

  • Lorsqu’on sélectionne une partie de l’image avec un outil de sélection, on ne peut agir qu'à l’intérieur de la sélection avec les autres outils tant que celle-ci est active.

  • Une sélection est indépendante des calques, contrairement à un masque.

  • Lorsqu’on fait un copier-coller, cela crée une « sélection flottante ». La renommer ou cliquer sur le bouton Créer un nouveau calque (fenêtre des Calques) pour qu’elle devienne un calque. Quand on crée une sélection il faut obligatoirement en faire qq chose car aucune autre action n’est possible tant que cette sélection est active. Donc en général, en faire un calque s’avère le plus pratique.

Dans l’ordre par défaut de la boîte à outils en partant du début, vous disposez de sept outils de sélection :

  • sélection rectangulaire ;

  • sélection elliptique ;

  • sélection à main levée (équivalent du lasso dans Photoshop) et polygonale (les deux modes sont utilisables dans une même sélection) : attention, pour clore la sélection il faut revenir clicquer sur le point de départ ; de plus, cette sélection n’est plus modifiable à postériori ;

  • sélection de zones contiguës (baguette magique) : régler le niveau de seuil pour régler la sensibilité de la sélection, plus le seuil est élevé, plus la sélection va englober de couleurs différentes ; vous pouvez aussi utiliser plusieurs fois d’affilée cet outil en mode Addition (touche Maj enfoncée ou cochez le bouton correspondant dans la fenêtre d’options) pour agrandir la zone ;

  • sélection de zones de même couleur : elle fonctionne comme la sélection contiguë mais effectue la recherche sur tout le calque, pas seulement à proximité du clic ;

  • sélection en traçant le contour avec les ciseaux intelligents ;

  • sélection d’un élément de premier plan.

Quelques sélections particulières : pour effectuer une sélection carrée ou ronde avec les outils Sélection rectangulaire et Sélection elliptique, commencez à tracer puis appuyez sur la touche Maj pour contraindre ses dimensions.

Vous pouvez combiner les sélections avec les touches Ctrl et Maj, y compris des sélections réalisées avec des outils différents :

  • Sélection + Ctrl = soustraction

  • Sélection + Maj = addition

  • Sélection + Ctrl + Maj = intersection

Enfin, pour supprimer la sélection passez par le menu Sélection → Aucune.

Une fois la sélection effectuée, il est possible d’en copier le contenu (Édition → Copier) pour l’extraire et en faire un nouveau calque, une nouvelle image, une nouvelle brosse (Édition → Coller comme…).

Exemple d’utilisation d’une sélection rectangulaire pour créer un cadre dans une image.

Détourage

Le détourage consiste à isoler un élément d’un calque pour l’extraire et l’utiliser à d’autres fins. Un bon détourage se fait en deux étapes :

  • dégrossir avec un des outils de sélection cités précédemment (principalement Ciseaux intelligents et Extraction de premier plan), vous obtenez une première sélection ;

  • affiner avec un masque de calque : créez un masque de calque (dans la fenêtre des Calques cliquez droit sur le calque puis Ajouter un masque de calque et choisissez de l’initialiser à la sélection). Ensuite, il faut supprimer la sélection (sinon elle vous empêche de travailler correctement) et utiliser l’outil Pinceau pour peindre directement dans le masque.

Ciseaux intelligents

Détecte automatiquement et assez finement un contour et une fois la sélection bouclée, on peut encore ajouter des nœuds pour affiner le tracé. quand on est en cours de tracé, on ne peut pas déplacer le dernier nœud posé (si erreur de tracé) mais il suffit de poser un nouveau nœud et on peut alors déplacer le ou les précédents nœuds. Cliquer ou appuyer sur entrée pour transformer en sélection.

Masque de calque

Une image est un plan en deux dimensions. Un calque est également une image. Cependant, un calque peut être partiellement ou totalement transparent. Que ce soit avec GIMP ou Photoshop, un projet d’image peut comporter un grand nombre de calques, l’image finale résultant de leur aplatissement. Les parties transparentes d’un calque laissent apparaître les calques situés en dessous.

Pour travailler de manière efficace, vous avez tout intérêt à décomposer votre image en plusieurs calques. Ces derniers peuvent être comparés aux différents plans d’une scène : au cinéma, on parle d’arrière-plan, de premier plan et des différents plans intermédiaires pour désigner les éléments d’une scène, soit une situation figée par la caméra.

Pour cela, dans la fenêtre des calques, cliquez droit sur le calque puis choisissez Ajouter un masque de calque. Initialisez ce masque avec la sélection. Une fois ce masque créé, pour continuer à travailler dessus et éventuellement affiner le contour de ce nouvel objet, il faut commencer par désactiver la sélection, car elle n’est plus utile et même gênante.

À noter : pour travailler les contours de cette sélection, qui est désormais un masque, il faut utiliser l’outil Pinceau avec les couleurs noir et blanc. Le noir fait disparaître la partie correspondante du calque et le blanc la fait apparaître, même au-delà des limites de la sélection (permet de corriger facilement un coup de pinceau un peu leste).

Le masque a justement cette fonction de retravailler un élément sans altérer le calque : vous faites juste disparaître ou apparaître des portions, mais jamais le calque n’est modifié.

Manipuler un masque

Dans la fenêtre des calques, le masque apparaît à côté du calque auquel il est associé. 

  • Ctr + clic sur l’icône du masque : permet de désactiver temporairement le masque pour laisser apparaître entièrement le calque associé

  • Alt + clic sur l’icône du masque : permet de faire apparaître le masque

Copie de l'élément détouré

Attention si vous voulez faire une copie (Édition → Copier) de l'élément détouré (dans le cadre d’un calque masqué), il faut prendre quelques précautions.

Si le calque est actif (dans la fenêtre des Calques) et que vous utilisez la fonction Édition → Copier, vous copiez le contenu du calque seul, c’est-à-dire sans application du masque (le détourage n’est pas pris en compte). Si c’est le masque qui est actif, vous copiez le contenu du masque, donc, une image en niveaux de gris (ce n’est sans doute pas non plus ce que vous souhaitez).

Vous voulez sans doute copier ce que vous voyez. Dans ce cas, il faut utiliser la fonction Édition → Copier visible, alors, vous faites une copie aplatie de ce que vous voyez réellement dans le canevas (y compris d’autres calques s’il y en a).

Une fois cela fait il ne vous reste qu'à coller pour créer une nouvelle image : Édition → Coller comme → Nouvelle image. Vous isolez ainsi votre élément détouré dans une nouvelle image que vous pouvez exporter dans un format gérant la transparence (PNG, Tiff, mais pas Jpeg !).

L’extraction de premier plan

L’extraction de premier plan se fait en deux étapes. Ne changez pas d’outil avant d’avoir achevé l’opération !

  • Il faut d’abord détourer grossièrement (l’outil de sélection montre un lasso, il se comporte donc comme l’outil Sélection contiguë). Cette étape sert à délimiter une zone de travail. L’image est alors recouverte d’une couche rouge, verte ou bleue (la couleur est paramétrable dans les options de l’outil). Une partie plus claire montre la zone qui sera sélectionnée.

  • L’outil prend alors le comportement du pinceau, avec lequel on va aller recouvrir un maximum des couleurs contenues dans l’objet à détourer. Si la zone sélectionnée n’est pas complète, on peut compléter avec des coups de pinceaux supplémentaires mais cela sera moins précis. On peut aussi, en pressent conjointement la touche Ctrl supprimer des zones (en cas de débordement impromptu). Lorsque la zone de couverture est satisfaisante vous pouvez créez la sélection en appuyant sur Entrée.

Libre à vous de finir avec la méthode du masque de calque citée précédemment pour affiner le détourage.

Que faire avec un élément détouré

Ce n’est pas le tout d’avoir découpé une rose ou un palmier, il faut en avoir utilité ! Voici un exemple d’utilisation du palmier dans un nouveau décor.

Calques

Une image est un plan en deux dimensions. Un calque est également une image. Cependant, un calque peut être partiellement ou totalement transparent. Que ce soit avec GIMP ou Photoshop, un projet d’image peut comporter un grand nombre de calques, l’image finale résultant de leur aplatissement. Les parties transparentes d’un calque laissent apparaître les calques situés en dessous.

Pour travailler de manière efficace, vous avez tout intérêt à décomposer votre image en plusieurs calques. Ces derniers peuvent être comparés aux différents plans d’une scène : au cinéma, on parle d’arrière-plan, de premier plan et des différents plans intermédiaires pour désigner les éléments d’une scène, soit une situation figée par la caméra.

Principe de la superposition

Une image montée :

calques.png

Les coulisses du montage :

calques_montage.png

L’image finale est donc le résultat de la superposition des calques visibles auxquels sont appliqués les éventuels masques. Il est conseillé de conserver l’empilement de calques tout au long du processus créatif. Cependant, vous pouvez fusionner certains calques ensembles, voire tous.

Depuis la fenêtre des Calques un clic droit vous donne accès à un menu d’où vous pouvez :

  • Nouveau depuis le visible : un nouveau calque est créé résultant de la fusion de tous les calques visibles, les calques existants ne sont pas modifiés ;

  • Fusionner vers le bas : le calque sur lequel vous effectuez le clic est fusionné avec celui situé juste en dessous ;

  • Fusionner tous les calques : fusionne tous les calques et conserve le canal alpha s’il est présent ;

  • Aplatir l’image : fusionne tous les calques et supprime le canal alpha.

Dans la fenêtre des Calques vous pouvez également changer la position d’un calque dans la pile :

  • cliquez-glissez le calque pour le placer là où vous le souhaitez ;

  • ou utilisez les boutons représentant des flèches vers le haut ou le bas.

Quelques notions incontournables

La sélection flottante
C’est ce qui est produit lorsque vous collez dans l’image (Édition → Coller) un élément précédemment copié. Pour convertir une sélection flottante en calque, double-cliquez sur son nom (dans la fenêtre Calques) et changez-le.
Canal alpha et transparence
Le canal alpha permet de faire varier l’opacité de chaque pixel du calque rendant ainsi translucides certaines zones. Pour activer le canal alpha d’un calque, passez par le menu Calque → Transparence → Ajouter un canal alpha. Si le calque dispose déjà d’un canal alpha, la fonction est grisée.

Concrètement, lorsque vous utilisez l’outil Gomme ou la fonction Édition → Effacer (touche Supprim) si la partie effacée est remplacée par la couleur d’arrière-plan (souvent du blanc), c’est que votre calque n’a pas de canal alpha. Il faut sans doute en ajouter un.

Groupe de calques
Il est possible de classe les calques par groupe. La fenêtre des Calques propose un bouton Créer un nouveau groupe de calques. Il suffit ensuite d’y glisser les calques désirés.

Opérations sur les calques

Déplacer un calque

L’outil Déplacement est facétieux et peut avoir tendance à déplacer autre chose que ce qu’on croit déplacer. En effet, par défaut, l’outil pointe un calque ou un guide, c’est-à-dire, choisit le calque situé sous le pointeur de la souris lorsque vous cliquez. Selon le contenu du calque, cela peut poser quelques problèmes, notamment pour un calque de texte plein de vide autour des caractères.

Pour régler cela, il faut aller dans les options de l’outil et choisir le deuxième mode déplacer le calque actif pour éviter que la sélection de l’objet à déplacer ne change quand on bouge la souris.

Les dimensions du calque

Les dimensions d’un calque sont propres à chaque calque et ne dépendent pas des dimensions du canevas. Vous pouvez donc avoir des calques plus grands, plus petits, voire décalés par rapport au canevas. Tout ce qui dépasse du canevas est sauvegardé lorsque vous enregistrez votre travail (Fichier → Enregistrer), mais pas lorsque vous exportez dans un format d’image autre que le XCF (Fichier → Exporter).

Voici quelques opérations pour modifier les dimensions du calque, sans modification du contenu, c’est-à-dire, en modifiant juste l’enveloppe.

  • Calque → Taille des bords du calque, fonction similaire à Image → Taille du canevas, vous définissez de nouvelles dimensions pour le calque en rentrant les valeurs à la main.

  • Calque → Calque aux dimensions de l’image, les nouvelles dimensions sont celles du canevas.

  • Calque → Découpage automatique du calque, le calque est réduit de sorte a ce que ses limites ne contiennent plus de vide sur les bords.

  • Tracez une sélection rectangulaire et utilisez la fonction Calque → Rogner selon la sélection pour réduire les dimensions du calque à cette sélection.

Lorsque vous importez de nouvelles images en tant que calque, il se peut que les calques résultants dépassent des bords du canevas. Une solution simple consiste à élargir le canevas pour que tous les calques apparaîssent entièrement : Image → Ajuster le canevas aux calques.

Exemple : créer une transition entre deux images

Ouvrez deux photos dans une même image (la deuxième doit être ouverte en tant que calque). Décalez la photo du dessus pour qu’elles soient côté à côte tout en se recouvrant légèrement (disons 20% de la largeur).

Associez un masque (blanc) au calque qui est au-dessus, et créez un dégradé sur ce masque à l’endroit où l’on veut créer la transition douce entre les deux images (donc tracer un segment plutôt court, qui reste dans la zone de recouvrement). Vous pouvez ensuite faire des ajustement en déplaçant le calque (son masque suivra) ou simplement le masque avec son dégradé.

gimp-transition-2-images.png

Manipulations avancées

Supprimer un élément avec l’outil Clonage

L’outil Gomme est inapproprié pour effacer un élément indésirable d’une photo : en effet, la gomme se contente de faire un trou ou de remplir avec une couleur unie. Il faut donc recréer l’arrière-plan avec de la matière prise ailleurs dans l’image et qui produise un rendu crédible. Attention, il ne faut pas espérer recréer la réalité : le but étant seulement que le résultat soit crédible.

L’outil a utiliser est Clonage (son icône représente un tampon). La première étape est de définir la source, c’est-à-dire, l’endroit où l’on prend la matière pour la peindre. Pour cela, cliquez sur la zone voulue comme source en pressant la touche Ctrl.

Ensuite, choisissez bien votre brosse (Clonage est un outil de peinture) : des bords flous pour un meilleur mélange entre la matière ajoutée et celle existante, et une taille de brosse adaptée à la zone de travail (pas trop grosse pour ne pas déborder, pas trop petite pour ne pas passer trop de temps).

Dans les options, il convient de choisir l’alignement le plus pratique. Le mode aligné est souvent le plus pratique : il permet de lâcher le bouton de la souris pour effectuer le clonage en plusieurs fois.

  • aucun = la source suit le mouvement de la souris mais revient à sa position d’origine dès que vous lâchez le bouton ;

  • aligné = la position du clone par rapport à la source reste fixe, même quand vous lâchez le bouton de la souris ;

  • fixé = la source reste à la même place indépendamment des mouvements de la souris ;

  • enregistré = la source reste attachée au calque d’origine : donc vous pouvez aller cloner sur un autre calque, et même sur une nouvelle image.

Dans la vidéo suivante vous pourrez voir un exemple de clonage.

Corriger la perspective

L’outil Perspective est un outil de transformation, il vous permet de modifier la perspective d’un calque. Comme pour l’outil Rotation il propose une direction normale et une direction corrective. Pour corriger la perspective d’une photo (souvent parce que la photo a été prise dans une situation où vous manquiez de recul) il faut donc utiliser la deuxième méthode.

Une fois que vous avez activé l’outil vous pouvez jouer sur les quatre poignées de la grille qui apparaît sur l’image. Il faut déformer la grille de sorte à ce que les verticales de la grille suivent les verticales du sujet photographier, de même avec les horizontales.

À noter :

  • Choisissez comme repère une zone de l’image qui doit devenir rectangulaire et alignez la grille dessus.

  • Attention, plus la grille est réduite, plus le calque résultant sera grand et inversement !

Une fois la perspective redressée vous pouvez redimensionner le canevas (Image → Ajuster le canevas aux calques) et corriger la déformation qui s’est forcément produite en largeur ou en hauteur (le calque résultant est étiré en largeur ou en hauteur).

Pour cela utilisez l’outil Mise à l'échelle. Pour cette dernière correction optez pour le sens de la réduction du calque : la correction de perspective a eu pour effet d’augmenter les dimensions du calque (le calque a été étiré) ce qui produit une perte de qualité ; donc, avec Mise à l'échelle il vaut mieux réduire la taille du calque pour atténuer la dégradation précédente.

Voici un exemple en vidéo.

Agir sur les couleurs

Les outils de manipulation des couleurs se trouvent dans le menu Couleurs. Vous pouvez également les ajouter dans la boîte à outils via Édition → Préférences → Boîte à outils en cochant les outils que vous souhaitez faire apparître (faites apparaître l'œil).

Note
Répétez les paramètres de couleur

Lorsque vous utilisez un outil de couleur les paramètres choisis sont automatiquement enregistrés. Vous pouvez les réappliquer ensuite (sur un autre calque, d’une autre image, y compris des mois plus tard) en utilisant la liste Préselections située en haut de chaque fenêtre de paramétrage d’outil.

Par défaut ils sont nommés avec la date et l’heure à laquelles vous les avez appliqués. Vous pouvez en conservez certains en les nommant (bouton +).

Corriger une photo sous-exposée

Une photo prise dans un environnement peu lumineux sera très sombre à l'écran. Pourtant, même si votre œil ne les distinguent pas, des nuances sont tout de même présentes, à moins d’avoir pris la photo dans le noir total.

Les outils Niveaux et Courbes (outils de couleurs) permettent de faire ressortir ces nuances.

Outil Niveaux

niveaux.png
Figure 1. Corriger avec Niveaux

Trois curseurs vous permettent de modifier cette répartition. Ainsi, dans notre exemple, vous constatez que toutes les couleurs sont rassemblées vers la gauche (couleurs sombres). En ramenant le curseur de droite (aussi appelé « point blanc », il symbolise l’intensité maximale) vers les couleurs sombres, celles-ci augmenteront en intensité. En effet, elles seront plus proches de l’intensité maximale.

Le point médian est appelé « gamma ». Il permet de jouer sur le contraste : déplacez le curseur à droite pour augmenter le contraste ou à gauche pour le diminuer. Vous pouvez agir séparément sur les quatre canaux de couleur rouge, vert, bleu et alpha, mais aussi sur leur valeur résultante. Effectuez votre choix dans la liste déroulante en haut à gauche, le bouton Auto permet d’appliquer un réglage automatique qui convient dans bon nombre de cas. Ce réglage affecte les quatre canaux de couleur, mais pas le canal valeur. Cela peut être un bon point de départ pour votre travail de réglage de niveaux.

Les trois pipettes permettent de définir respectivement le point noir, le gamma et le point blanc en pointant dans le calque. Là encore, seuls les canaux de couleur sont affectés, pas celui de valeur.

Enfin, en agissant sur les deux curseurs Niveaux de sortie, vous pouvez filtrer certaines couleurs à l’extrémité de leur spectre ; par exemple, éliminer tous les rouges vifs en déplaçant le curseur droit du canal rouge.

Outil Courbes

courbes.png
Figure 2. Corriger avec la courbe

La courbe permet des réglages encore plus souple qu’avec les niveaux. Avec les niveaux, vous effectuez des réglages linéaires. Avec la courbe vous pouvez réhaussez seulement les parties sombres en plaçant un point au milieu de la courbe, puis un autre dans la partie sombre. Déplacez ce dernier vers le haut. Le point central empêche la répercussion de votre modification sur les teintes claires.

L’outil Courbes nécessite pas mal de tatonnements : il est facile d’obtenir des couleurs psychédéliques. Aussi utilisez-le seulement si vous n'êtes pas satisfait de l’outil Niveaux.

Teinter une photo

Créez un calque transparent situé au-dessus de votre photo.

Appliquez-lui une couleur : à partir de la palette de couleurs dans la boîte à outils, choisissez une couleur (par exemple un sépia) et faites la glisser dans le calque transparent.

Choisissez un mode de fusion différent de « normal » pour le calque coloré en haut de la fenêtre des Calques.

Convertir une photo en noir et blanc

Le terme « noir et blanc » est un abus de langage : dans GIMP on parle de « niveaux de gris ».

Vous disposez de plusieurs méthodes :

  • Image → Mode → Niveaux de gris : basique, vous ne pouvez que constater l’effet produit.

  • Couleurs → Désaturer : trois modes s’offrent à vous, basés sur trois calculs différents.

  • La méthode la plus souple reste d’utiliser l’outil Colorier (oui, ça fait toujours bizarre pour du noir et blanc) : baissez la saturation à 0 et jouez sur la luminosité. Vous pouvez renforcer les contrastes ensuite avec l’outil Niveaux.

Du texte dans les images

L’outil Texte permet d’insérer du texte dans vos compositions. Sélectionnez-le, cliquez quelque part dans votre image et saisissez votre texte. Vous venez de créer un calque de texte, calque aux fonctionnalités spécifiques (remarquez la vignette dans la fenêtre Calques), mais limitées.

Attention
Le texte est trop petit !

Par défaut, la taille de police est très petite donc vous pouvez taper du texte et avoir l’impression qu’il n’apparaît pas ! Par défaut la taille du texte est de 18 pixels. Si votre image mesure 2000 pixels de haut, imaginez le rapport.

Il faut donc augmenter la taille du texte dans la fenêtre d’option (pas dans la boîte d’outils Texte qui apparaît au-dessus du texte).

Paramètres de texte

Vous avez deux manières de modifier la mise en forme :

  • globalement pour tout le cadre de texte avec la fenêtre d’options de l’outil Texte.

  • localement pour le texte sélectionné avec la boîte d’outils texte, qui surmonte le cadre de texte.

gimp-outil-texte.png

Options de texte

Voici les options que vous pouvez régler pour l’ensemble du calque de texte :

  • la fonte (ou police) : cliquez sur le bouton montrant l'échantillon pour en choisir une autre ;

  • la taille en pixels (ou autre unité au choix à considérer avec la résolution) : pensez que si votre image mesure 3 000 pixels de haut, un texte de 18 pixels sera tel une aiguille dans une botte de foin ;

  • vous pouvez utiliser un éditeur (une fenêtre additionnelle) pour saisir le texte ;

  • lisser le texte revient à adoucir ses contours ;

  • l’ajustement altère la forme des caractères lorsque la taille est petite afin d’améliorer la lisibilité ;

  • la couleur du texte : cliquez sur le bouton ouvre une interface classique de choix de couleurs ;

  • alignez le texte comme vous le souhaitez : les boutons alignent respectivement à gauche, à droite, au centre ou justifient le texte (aligné à gauche et à droite) ;

  • indentez la première ligne de chaque paragraphe (chaque fois que vous appuyez sur Entrée le début de la nouvelle ligne est décalé) ;

  • ajustez l’interligne, c’est-à-dire, l’espace entre deux lignes de texte ;

  • ajustez le crénage, c’est-à-dire, l’espace entre deux caractères ;

  • la boîte est la zone d’inclusion du texte et occasionnellement définit les limites du calque : lorsque la boîte est dynamique, elle s’adapte au texte, sinon, c’est le texte qui s’adapte à la boîte ;

  • enfin, vous pouvez préciser la langue du texte, afin que GIMP gère certains paramètres typographiques (rappelons que GIMP n’est pas un logiciel de publication assistée par ordinateur, n’attendez donc pas de miracle).

Boîte d’outils texte

Cette boîte qui n’apparaît que lorsque vous avez choisi l’outil Texte et que vous avez cliquer sur un calque de texte, permet des réglages locaux, sur les caractères sélectionnés. Si vous n’avez rien sélectionné, vos modifications seront sans effet.

Concise, elle permet de changer de police (avec un petit reproche, il faut taper, et donc connaître, la première lettre de la fonte pour voir apparaître une liste), la taille (ainsi que l’unité). Sur la seconde ligne, une série de boutons permet de :

  • effacer le style manuel, le texte sélectionné reprend alors l’aspect par défaut ;

  • mettre en gras ;

  • mettre en italique ;

  • souligner ;

  • barrer ;

  • modifier la position du texte par rapport à la ligne de base ;

  • modifier le crénage (espace entre deux caractères) ;

  • modifier la couleur.

Choisir une police de caractères

Choisir sa police de caractères comme dans un traitement de texte, c’est-à-dire, en ayant un rendu en temps réel du texte saisi avec la bonne police ? C’est possible grâce à la fenêtre Polices. Voici comment faire en vidéo.

Attention
GIMP n’est pas un logiciel de mise en page !

L’outil Texte de GIMP a ses limites. Si vous êtes habitués à Photoshop ou à un logiciel de dessin vectoriel, vous risquez d'être déçu. Cependant, n’oublions pas que GIMP est un logiciel de retouche d’image matricielle. Or le texte est un composant vectoriel.

Si vous voulez un logiciel libre vous permettant de travailler le texte pratiquement sans limite artistique, intéressez-vous à Inkscape.

Exercices

Une image dans le texte

Petit exercice où vous pouvez tapisser un texte avec une image.

Ouvrez une image puis créez un texte. Assurez-vous que ce texte occupe suffisamment d’espace : augmentez la taille des caractères à l’extrême, choisissez une police bien grasse. La zone occupée par le texte sera celle où l’on verra l’image. Si votre texte est trop fin ou trop petit, vous ne verrez pas grand chose.

Sélectionnez le calque du texte dans la fenêtre des Calques puis créez une sélection à partir du texte : clic-droit → Alpha vers sélection (cela sélectionne tout ce qui n’est pas transparent, donc le texte créé), le texte devient sélectionné et sa bordure clignote.

Puis activez le calque de fond (celui avec l’illustration) et appliquez-lui un masque à partir de la sélection. Ainsi le texte devient masque : il ne reste plus qu'à cacher le calque de texte (avec le petit œil dans la fenêtre des Calques) pour faire apparaître l’image seulement à travers le texte. Le masque peut désormais être déplacé, étiré, etc. Mais vous ne pouvez plus modifier le texte lui-même !

Note

Pour la couleur d’arrière-plan, vous devez créer un calque supplémentaire, blanc par exemple, que vous placez en bas de la pile des calques, et auquel vous pourrez appliquer des couleurs ou textures à l’envie.

Tracez un contour à votre texte

Créez une sélection à partir du texte (cf. exercice précédent). Cachez le calque de texte.

Créez un calque transparent et placez-le au-dessus de la pile. À partir de là vous pouvez tracer sur le contour de la sélection : Édition → Tracer la sélection. Choisissez une taille de trait approprié par rapport à la taille du texte et de l’image en général : on voit alors le contenu des lettres transparentes, et une bordure de couleur.

Pour modifier cette couleur à postériori vous devez :

  • supprimer la sélection (Sélection → Aucune) ;

  • verrouiller le canal alpha de ce calque (case à cocher dans la fenêtre des Calques en haut, sous le curseur d’opacité), sinon on va barbouiller partout (puisque la sélection n’est plus là pour délimiter le texte) ; une fois le canal alpha verrouillé vous ne pouvez plus agir sur la partie transparente (par exemple, vous ne pouvez appliquer un flou qui implique l'étalement de pixels) ;

  • pour colorier vous pouvez faire glisser une couleur depuis la boîte à outils (couleur qui peut être changée en cliquant sur le rectangle coloré de la couleur de premier ou d’arrière-plan) ;

  • vous pouvez aussi utiliser la fonction Couleurs → Colorier et définir une couleur à partir de sa teinte puis de sa saturation et sa luminosité.

Liens

Pour aller plus loin :

Des ressources libres que vous pouvez utiliser dans un cadre professionnel en toute légalité :

Ce support de cours est régulièrement mis à jour à l’adresse : http://ma.formation-logiciel-libre.com/gimp/